À l’orée de l’oubli.

Serie-2-WEB

Finalement, un projet du 375e de Montréal qui parle d’histoire.

Il y a quarante ans Hubert Aquin s’enlevait la vie à l’aide d’un fusil hérité de son père. Sa mémoire sera-t-elle rappelée cette année? Semble-t-il que non, malgré que Montréal fête son 375e. Est-ce surprenant? Pas vraiment puisqu’on parle de célébrations et non de commémorations. S’abîmer dans la fête semble être le slogan de notre époque. Rappeler à notre souvenir une personnalité importante dont la lucidité était si incisive impliquerait probablement une introspection de notre part dont nous ne voulons malheureusement pas. Scruter notre rapport au passé, notre rapport à l’existence (politique et culturelle) notre rapport à l’échec… cela ne semble intéresser personne et surtout pas les politiques en place. Aquin, par son intelligence et son intensité, nous forcerait à ranimer des questionnements que nous voudrions soit réglés, soit oubliés. Existence politique, indépendance, héritage de la défaite ; bref, comme personne n’a d’intérêt à explorer cette mémoire existentielle, j’ai tenté humblement de le faire.

Finalement, un projet du 375e de Montréal qui parle d’histoire.

BrochureBrochure_Aquin-Scan001-WEBBrochure_Aquin-Scan002-WEBBrochure_Aquin-Scan004-WEBBrochure_Aquin-Scan003-WEBBrochure_Aquin-Scan005-WEBBrochure_Aquin-Scan006-WEBBrochure_Aquin-Scan007-WEBBrochure_Aquin-Scan008-WEBBrochure_Aquin-Scan009-WEBBrochure_Aquin-Scan010-WEBBrochure_Aquin-Scan011-WEBBrochure_Aquin-Scan012-WEB

Premiers essais en format carré.

Kodak Ektar 100 expiré.

Essais sur la mémoire

L’acropole des draveurs

L’été dernier.

Ascension dans les nuages, au pays de Menaud Maître-Draveur, accompagné de ma douce Ioana.

Et oui, j’ai eu un petit trip minéral… J’aime les roches.

%d blogueurs aiment ce contenu :