Regards et jeux dans les îles de la pensée mécanique.

Lien vers le site de l’Agence Topo :

http://www.agencetopo.qc.ca/wp/events/event/regards-jeux-iles-de-pensee-mecanique-maxime-boisvert-5-mai-19-juin-2016/

Descriptif de l’Agence Topo :

Installation en vitrine
5445, avenue de Gaspé / rez-de-chaussée

Du 5 mai au 19 juin 2016
Vernissage – Jeudi 5 mai, 2016 – 17 h

Dès le 5 mai 2016, dans sa vitrine d’exposition du Pôle de Gaspé, TOPO présente [Regards] et jeux dans les Îles de la (pensée mécanique), des artistes Maxime Boisvert et sans. Cette installation s’insère dans le cadre de la Biennale internationale d’art numérique (BIAN) organisée par Elektra dont la thématique porte cette année sur l’art fait par les machines pour les machines, AUTOMATA.

L’installation en vitrine

Deuxième phase d’un projet consistant à amalgamer de manière algorithmique les poèmes de St-Denys Garneau et d’Alain Grandbois, [Regards] et jeux dans les Îles de la (pensée mécanique) révèle le langage secret d’une machine à écrire tapant de façon autonome et continue de la poésie générée en direct par un algorithme inspiré des chaînes de Markov (un processus mathématique). En fonction de statistiques d’occurence des mots dans les textes des auteurs sélectionnés, un logiciel recompose un nouveau texte que la dactylo tape à l’infini sur un rouleau de papier.

Alors que la dactylo s’active pour former un texte hybride, un écran qui jouxte la dactylo affiche des corrections effectuées par les artistes pour rendre cohérent le poème générè par l’algorithme. Une visualisation de ce processus devenu mécanisé génère des patterns, pendant qu’un logiciel récite les poèmes. La machine produit, corrige, imprime et diffuse ad infinitum des éléments de notre mémoire collective; elle complète elle-même la boucle de production, laissant l’étrange sensation qu’elle est autosuffisante. Assimilant les actions humaines, elle forme une performance dans laquelle se déploie une esthétique singulière, propre à son langage automatisé.

Lieu : Vitrine de l’Agence TOPO / 5445, av. de Gaspé / rez-de-chaussée
Quand : du 5 mai au 19 juin 2016 / Lundi à samedi de 11 h à 18 h
Vernissage et lancement : jeudi 5 mai à 17 h / rez-de-chaussée (107-B)

Concepteur du projet poétique, Maxime Boisvert a d’abord obtenu un diplôme collégial en Arts et lettres au Cégep du Vieux-Montréal avant d’y compléter une technique en photographie en 2008. Œuvrant depuis comme photographe, il complète présentement un baccalauréat en arts visuels et médiatiques à l’UQÀM. Il a entre autres participé aux expositions Paramètres, en 2015 et 2016, où il fut respectivement récipiendaire des bourses d’excellence Mc Abbie et Omer Deserre.

Quant à l’artiste sans, il préfère conclure avec ces mots : «sur ce dont on ne peut parler, il faut garder le silence». Dans son travail, sans explore la problématique de « l’oeuf ou la poule », entre la sculpture et la création numérique. Ce va-et-vient de la matière au numérique vise à comprendre comment l’art numérique peut fusionner avec une forme d’art plus classique, revigorant l’une et l’autre à travers le langage propre à la génération de l’artiste.

BIAN – Biennale internationale d’art numérique | International Digital Art Biennial
AUTOMATA : 3e édition 3 juin – 3 juillet 2016 | 3rd edition June 3 – July 3, 2016
bianmontreal.ca

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s